Skip to main content
King County logo

Il est facile de trouver des informations incorrectes sur l’innocuité du vaccin contre le coronavirus. Certaines des informations erronées qui circulent en ligne et par le bouche à oreille sont troublantes. Il peut être difficile de savoir quoi croire, c'est pourquoi nous avons créé cette page pour vous aider à comprendre les faits.

C’EST VRAI : Les vaccins contre la COVID-19 NE modifieront PAS vos gènes ou votre ADN.

Informations erronées : On craint que le vaccin modifie notre l'ADN et change nos caractères ou transforme les générations descendantes de nos familles.

Réalité : Les vaccins Moderna et Pfizer utilisent tous les deux l'ARN messager (ARNm). L'ARNm apprend à notre corps à nous protéger en produisant des anticorps et d'autres cellules anti-infectieuses.

L'ARNm d'un vaccin contre la COVID-19 ne pénètre jamais dans le noyau de la cellule, là où notre ADN réside. Il en résulte que l'ARNm ne peut en aucun cas affecter notre ADN. Une fois que l'ARNm a fini d'apprendre à nos cellules à nous protéger, les enzymes décomposeront l'ARNm pour qu'il ne soit plus dans notre corps.


C’EST VRAI : Les vaccins contre la COVID-19 NE vous infecteront PAS du coronavirus.

Informations erronées : Des informations erronées circulent comme quoi les vaccins contre la COVID-19 vous donneront la COVID-19.

Réalité : Il n’y a pas de coronavirus dans aucun des vaccins contre la COVID-19. On ne peut pas contracter le coronavirus d’une vaccination.

Les vaccins apprennent aux cellules de notre corps à produire une protéine qui ressemble exactement à celle qu'on trouve à la surface du virus COVID-19. Pour transmettre ces instructions, les vaccins utilisent soit de l'ARN messager (ARNm), soit un virus inoffensif du rhume modifié de manière à ne pas causer de maladie. Notre corps apprend à identifier cette protéine afin de pouvoir organiser une réponse immunitaire au cas où un virus COVID-19 pénètre dans le corps.


C’EST VRAI : Les vaccins contre la COVID-19 peuvent provoquer de légers symptômes pseudo-grippaux, mais les réactions extrêmes sont très rares.

Informations erronées : Il y a eu des informations erronées selon lesquelles le vaccin provoque souvent de violentes réactions allergiques appelées anaphylaxie rendant de nombreuses personnes gravement malades.

Réalité : Il est possible d’éprouver des effets secondaires comme des maux de tête, des douleurs au bras, de la fatigue ou de la fièvre dans les deux jours suivant l’injection. Mais ces effets secondaires ne durent pas longtemps. Ce sont des signes que le vaccin fonctionne.

Les réactions allergiques sévères (une anaphylaxie) sont très rares, mais peuvent survenir, en particulier chez les personnes qui vivent avec des conditions allergiques sévères. Toutes ces réactions peuvent être soignées.

Des mesures de sauvegarde sont en place, au cas où. Après avoir été vacciné, vous serez prié de rester à la clinique pendant 15 minutes pour vous assurer de ne pas faire de réaction allergique grave au vaccin.

Si vous faites une réaction allergique à la première dose de vaccin, vous ne devez pas recevoir la seconde. Pour plus d'informations techniques sur le vaccin, consultez ce guide du CDC(site web en anglais, seulement).


C’EST VRAI : Les vaccins contre la COVID-19 ne contiennent pas de micro-puces de surveillance, de tissus fœtaux, de produits à base de porc, de métaux nocifs ou d'ingrédients potentiellement toxiques.

Informations erronées : L’Internet regorge de fausses déclarations sur le contenu du vaccin.

Réalité : L’ingrédient clé des vaccins Pfizer et Moderna est un matériel génétique appelé ARNm. Les vaccins contiennent également des lipides, des sels, de l’acide acétique (l’ingrédient principal du vinaigre) et du sucre. Dans le vaccin Johnson && Johnson (J&J), l’ingrédient clé est un virus du rhume, mais modifié de sorte qu’il ne peut pas causer de maladie. Le vaccin J&&J contient également des stabilisateurs (sels, alcools, polysorbate 80, acide chlorhydrique) et des acides aminés.

Ces vaccins contiennent moins d'ingrédients qu’un sachet de chips !


C’EST VRAI : En mettant fin à la pandémie plus rapidement, les vaccins contre la COVID-19 apporteront leur bénéfice à tout le monde. La vaccination réduira le taux d’hospitalisations et de décès des personnes appartenant aux groupes à risque élevé, y compris les communautés de couleur qui ont été touchées de manière disproportionnée par la pandémie.

Informations erronées : Compte tenu des antécédents et du racisme systémique en cours dans le domaine des soins de santé et de la santé publique, les gens ont des inquiétudes valables concernant l'équité liée au développement des vaccins et à la vaccination, y compris à savoir qui a été ou n'a pas été inclus dans les essais de vaccins. Diverses questions ont émergé quant à savoir si les communautés marginalisées étaient utilisées comme cobayes ou, au contraire, que les peuples noirs, latinos et autochtones étaient entièrement exclus des essais de vaccins.

Réalité : Avant que les vaccins contre la COVID-19 ne soient développés, des militants et des défenseurs ont exprimé leurs préoccupations concernant les dommages historiques et présents infligés par les institutions médicales et gouvernementales aux personnes autochtones, noires et de couleur. Grâce à leurs efforts, les dizaines de milliers de volontaires qui ont participé aux essais du vaccin contre la COVID-19 reflètent la diversité de notre population. Les vaccins ont été efficaces et sûrs dans tous les groupes raciaux et ethniques.

En outre, les personnes de couleur ont joué un rôle de premier plan dans le développement de ces vaccins. Par exemple, le Dr Kizzmekia Corbett, un scientifique noir, est le chef de file du National Institute of Health (NIH – l'Institut national de la santé) dans la recherche sur les vaccins contre le coronavirus.

Dans le King County, les communautés noire, amérindienne, latino-américaine et insulaire du Pacifique ont connu des taux d'hospitalisation et de décès beaucoup plus élevés dus à la COVID-19. Ces communautés seront parmi celles qui bénéficieront le plus de la protection offerte par les vaccins.